visite autoguidĂ©e 2022 đŸ‘©â€đŸŒŸ

la belle fermette

La visite commence au cÎté sud de la maison (vers le panneau Azulée).

Sur votre chemin, prenez note de l’avant de notre maison – la grande maison et la cuisine d’étĂ© sont toutes deux symĂ©triques, avec la porte au centre et les espacements de fenĂȘtre identiques ; idem Ă  l’étage. Cette symĂ©trie est l’un des points saillants des fermes nĂ©o-classiques du QuĂ©bec. Ce style est Ă©galement connu pour son toit Ă  pignon fortement inclinĂ© et ses avant-toits Ă©vasĂ©s. L’absence de cette section Ă©vasĂ©e du toit de notre maison est une anomalie trĂšs rare en Charlevoix.

Ses propriĂ©taires se considĂšrent trĂšs chanceux d’avoir acquis la maison de M. Louis-Philippe Filion, de Baie-Saint-Paul. Construite en 1844 par la famille Tremblay, elle a Ă©tĂ© transfĂ©rĂ©e par mariage Ă  la famille Filion vers 1888 ; elle est demeurĂ©e la maison ancestrale de cette derniĂšre jusqu’à ce qu’elle soit achetĂ©e par Louise et Parker, en 2002.

Construite en rondins taillĂ©s dans des rondins Ă  queue de colombe (piĂšce-sur-piĂšce), la maison a connu plusieurs changements au fil du temps. Elle a Ă©tĂ© agrandie plus d’une fois Ă  mesure que la famille grandissait et la cuisine d’étĂ©, un ajout ultĂ©rieur, avait au moins trois conceptions de toit diffĂ©rentes. Les murs extĂ©rieurs Ă©taient Ă  l’origine recouverts d’un type de ciment semblable au stuc – encore visible sur des photographies datant de1947 – et ses enveloppes de fenĂȘtre et de porte sont restĂ©es Ă©laborĂ©es. Comme les treillis mĂ©talliques n’étaient pas disponibles Ă  l’époque, les enfants Ă©taient mis au travail Ă  marteler des milliers et des milliers de petits coins de bois dur dans les rondins afin de retenir le ciment. Le clapboard de style crique que nous voyons maintenant a probablement Ă©tĂ© ajoutĂ© Ă  la fin des annĂ©es 1940 ou 1950, tandis que les moulures ornĂ©es ont Ă©tĂ© remplacĂ©es par les moulures ordinaires maintenant prĂ©sentes. La toiture d’origine en bardeaux de cĂšdre a Ă©tĂ© remplacĂ©e par de l’aluminium ondulĂ© et ce, dans les annĂ©es 1970.

L’intĂ©rieur des murs en piĂšce-sur-piĂšce Ă©tait recouvert du mĂȘme ciment que l’extĂ©rieur. Les murs de division intĂ©rieurs sont composĂ©s d’une seule rangĂ©e de planches. Tout le poids de la maison est soutenu par ses murs extĂ©rieurs, avec des rondins massifs en cĂšdre soutenant le rez-de-chaussĂ©e. À l’étage, des poutres sciĂ©es sur toute la largeur de la rĂ©sidence abritaient autrefois les dortoirs des garçons et des filles d’une grande famille agricole.

L’intĂ©rieur de la fermette a Ă©tĂ© prĂ©servĂ© le plus possible comme dans l’ancien temps. Les murs de ciment longtemps recouverts de languettes et de pin Ă  rainures, les moulures ornĂ©es encadrent encore les portes et les fenĂȘtres, et les marches des petits escaliers tordus menant aux Ă©tages supĂ©rieurs sont usĂ©es par le temps, et les pas des gĂ©nĂ©rations passĂ©es.

Le travail de Parker a menĂ© sa petite famille pendant plusieurs annĂ©es Ă  vivre en Ontario, et la maison a Ă©tĂ© placĂ©e dans un bassin de location touristique. Tous les ans, la famille revenait Ă  Baie-Saint-Paul pendant au moins 4 semaines pour s’occuper de l’entretien de la propriĂ©tĂ© et des travaux d’amĂ©lioration. À l'Ă©tĂ© de 2008, ils ont consacrĂ© deux mois Ă  sabler, rĂ©parer et peinturer la maison au complet. Ses couleurs – « vert poĂ©tique » et « perle de culture » – étaient l’inspiration de Louise, un vĂ©ritable dĂ©part du look « Ă  la chaux » d’antan et son pourtour bleu marin. Nos voisins du chemin de la Pointe ont Ă©tĂ© trĂšs encourageants pendant cette partie du projet. Beaucoup de gens se rĂ©fĂšrent maintenant Ă  notre maison comme « la maison verte du bas de la baie » ou encore « la maison avec les hydrangĂ©es. »

Point 1 - Notre Environnement

En regardant vers le Saint-Laurent, vous apercevrez devant la maison la jonction des riviĂšres du Milieu et du Moulin qui se rejoignent et qui s’écoulent vers le fleuve, sous le pont ferroviaire. Les plus grandes marĂ©es de Baie-Saint-Paul sont d’environ 7 m. Lors des marĂ©es les plus Ă©levĂ©es, l’autre cĂŽtĂ© de la rue est entiĂšrement inondĂ©, pour devenir un marais salant. Et donc l’étĂ©, une dizaine de fois par mois, nous traversons la rue, nous sautons dans notre petit bateau et nous partons voguer sur la mer !

Au-delĂ  du pont, on aperçoit l’Isle-aux-Coudres sur toute sa longueur, baptisĂ©e par Jacques Cartier qui y a dĂ©couvert une abondance de noisetiers sauvages (dits coudriers) 
 Faire le tour de l’üle Ă  vĂ©lo ou en voiture est une trĂšs belle activitĂ©, et la traversĂ©e est gratuite depuis St-Joseph-de-la-Rive.

Le chemin de fer a Ă©tĂ© construit il y a un siĂšcle. On peut facilement imaginer la vue depuis notre maison avant sa construction ! Pendant de nombreuses annĂ©es, toutes les marchandises Ă©taient voyagĂ©es d’un village Ă  l’autre, le long de la rive nord du fleuve, sur des sloops Ă  fond plat appelĂ©s « goĂ©lettes ». Le premier quai de Baie-Saint-Paul Ă©tait de l’autre cĂŽtĂ© de la baie, et l’une des premiĂšres industries de la rĂ©gion Ă©tait dĂ©diĂ©e Ă  la construction de ces magnifiques goĂ©lettes Ă  fond plat.

Le hameau voisin de Saint-Joseph-de-la-Rive vous propose son Musée maritime de Charlevoix. Sa cale sÚche et son musée attireront les amoureux de la mer !

En 2009, une fouille archĂ©ologique a Ă©tĂ© menĂ©e de l’autre cĂŽtĂ© du  marais, Ă  gauche du pont ferroviaire. La personne qui a rĂ©digĂ© son mĂ©moire de maĂźtrise sur ce qui y a Ă©tĂ© dĂ©couvert nous a offert un aperçu remarquable des dĂ©buts de Baie-Saint-Paul. L’étoile couleur lavande sur la photo ci-dessous identifie la position des deux premiers bĂątiments construits par les tout premiers arrivants venus d’Europe pour s’installer dans la rĂ©gion !

La colline derriĂšre notre maison Ă©tait autrefois couverte d’énormes pins rouges. Or comme c’était l’arbre de choix pour faire le terrain nĂ©cessaire pour rĂ©parer et impermĂ©abiliser la cale des bateaux traversant l’Atlantique Ă  destination et en provenance de la France, Jean Talon a encouragĂ© deux maĂźtres goudronniers Ă  Ă©riger non loin d’ici le premier de 2 bĂątiments : une Goudronnerie Royale fut donc mandatĂ©e par Louis XIV, vers 1673. Environ 5 ans plus tard, Mgr. de Laval, le dĂ©nommĂ© Seigneur de BeauprĂ©, les chassa en faveur d’y Ă©tablir les trois premiĂšres fermes de la rĂ©gion, dont « la Ferme du bas de la Baie » construite presque sur les fondations mĂȘmes de l’ancienne goudronnerie. Les habitants appellent encore notre petit coin de Baie-Saint-Paul « le bas de la baie » – ou fond de la baie.

La transcription complÚte de la thÚse zooarchéologique est disponible ici.

À environ 150 m en bas de la route se trouve la riviĂšre du Moulin (la riviĂšre du moulin) oĂč la premiĂšre scierie de la rĂ©gion a Ă©tĂ© construite vers 1685. Le site abritait au moins trois moulins, dont deux moulins Ă  scie et un moulin Ă  farine, transformĂ©s plus tard en usine de textiles.

Ça complĂšte notre petit aperçu sur l’historique de notre coin de Baie-Saint-Paul. Si tout ceci a piquĂ© votre curiositĂ©, c’est une ville trĂšs riche en histoire (rĂ©f. : Centre culturel Paul-MĂ©dĂ©ric) ; d’ailleurs, Charlevoix propose plusieurs musĂ©es, un centre d'archives et des sites d’interprĂ©tation fascinants.

Notre lavande biologique est en trĂšs bonne compagnie Ă  Baie-Saint-Paul, une ville parsemĂ©e d’entreprises agroalimentaires mĂȘme dans son pĂ©rimĂštre urbain. Elle propose un mariage unique de zĂŽnage rĂ©sidentiel et agricole. AzulĂ©e est Ă©galement membre de la Table agrotouristique de Charlevoix et figure sur son circuit Route des saveurs. Notre lavande biologique, nos herbes fraĂźches et sĂ©chĂ©es et autres mini-cultures se retrouvent dans de nombreuses assiettes parmi les restaurateurs locaux 
 sur St-Jean Baptiste, au centre-ville.

En 2015, Louise Ă©tait LaurĂ©ate d’un Prix du patrimoine rĂ©gional, dans la catĂ©gorie « prĂ©servation et à mise en valeur du territoire ».

Pourquoi la lavande bio? Par souci de l’environnement, et pour promouvoir des cultures nĂ©cessitant peu d’eau – ce petit buisson se dĂ©brouille trĂšs bien dans un sol pauvre, avec presque pas d’eau! Depuis 2014, le projet s’est dĂ©veloppĂ© petit Ă  petit, avec l’apport magique prodiguĂ© par une constellation de petits lutins toujours dĂ©vouĂ©s !

Point 2 - Le Jardin du Coin

Nos jardins comestibles biologiques proposent de nombreuses merveilles !

Au Point 2, Ă  droite, il y a de la sarriette, de la sauge, des bĂ©bĂ©s lavandes Munstead, du persil frisĂ©, de l'achilĂ©e. L’énorme plante au bout Ă  droite, c’est de la livĂšche (le cousin du cĂ©leri), et à cĂŽtĂ© il y a de l’achillĂ©e millefeuille. Le pourtour est bordĂ© de mini-Ɠillets comestibles et n’oubliez pas de repĂ©rer les roses rouges derriĂšre l’allium purpureum (oignon ornemental), et le treillis en corde avec ses pois de senteur, et Ă  cĂŽtĂ© des bĂ©bĂ©s sauge Ă  fleur mauve.

Toujours devant vous Ă  gauche, il y a les 4 petites platebandes rectangulaires comprenant (1) de la rhubarbe rouge biologique, de la mĂ©lisse bio pour notre Tisane Estelle, (3) de la camomille bio dont nous ne rĂ©coltons que les tĂȘtes de fleur pour une tisane merveilleusement relaxante et enfin (4) l’oseille, avec son goĂ»t d’épinards au citron si dĂ©licieuse quand elle accompagne un pavĂ© de saumon. L’oseille existe depuis des siĂšcles – comme tous ces plants anciens d’ailleurs – et elle est excellente dans les soupes ou comme garniture de spanakopitas maison, au fromage feta.

Partez maintenant vers le Point 3 oĂč vous verrez un petit prunier bio, de la sauge russe, encore de la rhubarbe rouge biologique et notre pouponniĂšre de bĂ©bĂ©s lavande munstead. Ici nos plantes sont cultivĂ©es pour la vente au public le printemps suivant, ou pour remplacer celles du champ qui n’ont pas su rĂ©sister aux impacts de PĂ©pĂšre Hiver ou
 de Dame Nature. La derniĂšre petite platebande contient des spĂ©cimens de monarde, dont les feuilles sĂ©chĂ©es sont apprĂ©ciĂ©es en thĂ© (bergamote).

RattachĂ©e aux 3 poteaux de tĂ©lĂ©phone « retraitĂ©s » Bell, la vigne qui grimpe sur les ficelles, c’est du houblon Willamette bio. Ces vignes s’adaptent bien Ă  la zone horticole 3b, elles adorent l’eau et leurs racines s’enfoncent jusqu’à 15 pieds de profondeur pour la trouver. Les cĂŽnes de houblon sont rĂ©coltĂ©s fin aoĂ»t lorsqu’une fine poudre jaune apparaĂźt Ă  la base du cĂŽne. En plus d’ĂȘtre utilisĂ© pour brasser de la biĂšre, le houblon se boit en tisane qui favorise la production de lait maternel chez les mamans avec des nouveau-nĂ©s !

Point 3 - Le Champ de Lavande

Notre lavande dite lavandula angustifolia est communĂ©ment appelĂ©e lavande anglaise ou vraie. C’est un plant plus petit avec une teneur en huile essentielle plus Ă©levĂ©e que son cousin le lavandin qui est un hybride connu sous le nom de lavande française. La grande majoritĂ© de nos plants sont de la variĂ©té Munstead, avec un peu de Hidcote sur 2 sillons. La Hidcote est plus compacte que la Munstead, et ses fleurs ont une teinte plus foncĂ©e, presque violette. Les deux variĂ©tĂ©s sont prĂ©fĂ©rĂ©es Ă  des fins culinaires en raison de leur goĂ»t plus sucrĂ© et la teneur en camphre plus faible. Si vous passez vos doigts dans leur feuillage, vous pouvez sentir l’huile essentielle – mĂȘme en l’absence de fleurs !

Le rĂȘve de Louise d’avoir un champ de lavande dans sa cour a commencĂ© Ă  se concrĂ©tiser Ă  la fin de 2013. Parker avait quittĂ© son emploi au Yukon en automne, et Louise est revenue de l’Ontario oĂč leur fils Max Ă©tudiait Ă  l’universitĂ©. Le champ a Ă©tĂ© disquĂ© et labourĂ©, et le drainage agricole installĂ© sous le champ. Le jardin carrĂ© (oĂč nous arriverons sous peu) a hivernĂ© plus d’une centaine de jeunes plants. Au printemps 2014, ils ont Ă©tĂ© transplantĂ©s sur leurs sillons surĂ©levĂ©s fraĂźchement tracĂ©s. Au total, 19 rangs ont Ă©tĂ© formĂ©s et plantĂ©s avec prĂšs de 1 400 plants la premiĂšre annĂ©e. Au cours des annĂ©es suivantes, les autres sillons ont Ă©tĂ© ajoutĂ©s avec des centaines d’autres plants ; les 2 pouponniĂšres ont Ă©tĂ© crĂ©Ă©es par la suite.

Sur une pente douce, le champ se draine bien Ă  l’aide d’un drain français qui traverse le fond de la plantation. Il faut prĂȘter attention Ă  cet aspect important de la culture de la lavande : cette plante dĂ©teste avoir les pieds mouillĂ©s. Le champ doit donc ĂȘtre conçu pour que le sol draine bien et ce, afin d’éviter la mort subite et ... la maladie.

Aussi, nous conservons nos plants Ă  l’état juvĂ©nile leurs deux premiers Ă©tĂ©s ; en rĂ©sumĂ© on les empĂȘche de fleurir, ce qui favorise le dĂ©veloppement racinaire. Notre premiĂšre vĂ©ritable rĂ©colte a donc eu lieu en 2016, l’annĂ©e qui a marquĂ© les dĂ©buts de la lavande biologique azulĂ©e, fiĂšrement certifiĂ©e biologique par Ecocert Canada. Si tout va bien, un plant de lavande peut vivre une dizaine d’annĂ©es. En plantant sur plusieurs annĂ©es, nous veillons donc Ă  la pĂ©rennitĂ© de notre microentreprise.

Point 4 - Les Jeunes Rosiers Rouges

Nos nouveaux rosiers Champlain en haut du champ fourniront des pĂ©tales rouges supplĂ©mentaires pour notre Tisane Estelle. Cette variĂ©té est rĂ©sistante au climat charlevoisien et aux insectes, aux vents du fleuve et de l'arriĂšre-pays  


Le haut du terrain offre une vue magnifique des environs. De l’autre cĂŽtĂ© de la vallĂ©e, nous distinguons de grands dĂ©pĂŽts de sable. Ce sont les vestiges de la mer de Champlain. Le grand explorateur a notĂ© que bien au-dessus de la riviĂšre, il y avait de nombreux signes d’un ancien front de mer; il a Ă©galement supposĂ© qu’il y a longtemps, une mer intĂ©rieure devait autrefois s’élever Ă  150 m au-dessus du niveau actuel de la mer. Il avait presque raison ! Nous savons maintenant que le poids des Ă©normes calottes glaciaires datant de la derniĂšre pĂ©riode glaciaire a dĂ©primĂ© la masse terrestre et Ă  mesure que la glace fondait, elle a carrĂ©ment rempli et formĂ© cette mer. Pour terminer, oui, la terre a remontĂ©. Bien sĂ»r, ce processus a pris quelques milliers d’annĂ©es et a commencĂ© il y a environ 12 000 ans !

Il convient Ă©galement de noter que nous sommes assis prĂšs du rebord d’un cratĂšre gĂ©ant formĂ© il y a environ 350 000 ans, lorsque la chute d’un mĂ©tĂ©orite a remodelĂ© la rĂ©gion. Les riviĂšres du Gouffre et La Malbaie forment un demi-cercle, et son centre se trouve tout prĂšs du village des Éboulements. Le rebord extĂ©rieur du cratĂšre comprend une chaĂźne de montagnes dont les crĂȘtes s’élĂšvent Ă  plus de 1 000 m d’altitude. L’autre moitiĂ© du cratĂšre se cache sous le fleuve Saint-Laurent.

Autre particularitĂ© gĂ©ologique intĂ©ressante : Baie-Saint-Paul se situe Ă  la jonction de 2 des plus anciennes chaĂźnes de montagnes de la planĂšte. Les montagnes laurentiennes s’étirent de l’Ontario Ă  travers le sud du QuĂ©bec, au nord du Saint-Laurent et jusqu’à la pointe est de la province. Les Appalaches s’étendent du sud-est des États-Unis jusqu’à la pĂ©ninsule gaspĂ©sienne, y compris sous le fleuve Saint-Laurent jusqu’à l’Isle-aux-Coudres. Cette ancienne chaĂźne de montagnes s’est usĂ©e au fil du temps, notamment sous le fleuve oĂč leurs sommets ont crĂ©Ă© de nombreuses Ăźles, bancs de sable et obstacles Ă  la navigation, particuliĂšrement Ă  marĂ©e basse. Tout trafic maritime doit forcĂ©ment passer entre Baie-Saint-Paul et l’Isle- aux-Coudres. Quel plaisir d’apercevoir les bateaux de croisiĂšre, surtout pendant les couleurs d’automne. Imaginez comment la Queen Mary 2 – donc 3 terrains de football (L) et plus de 20 Ă©tages (H) – semble complĂštement Ă©clipser l’ülĂŽt derriĂšre ! 

Chemin faisant, redescendons maintenant vers la fermette. La haie de cĂšdres Ă  gauche a Ă©tĂ© plantĂ©e il y a quelques annĂ©es pour mieux protĂ©ger la lavande des gros mĂ©chants vents du nord, l’hiver. Au bout de la haie, notre petit pommier biologique MacIntosh.

Point 5 - Le Jardin Carré à Gauche

Louise a commencĂ© son premier jardin de fines herbes ici, en 2003. Il Ă©tait carrĂ© et entourĂ© par
 une clĂŽture Ă  piquets qui servait Ă  dĂ©courager les petites crĂ©atures sauvages et moins sauvages d’y entrer. Depuis, la construction du sĂ©choir et le passage du temps l’ont diminuĂ© mais il Ă©volue toujours au fil du temps.

A l’ombre des vignes de mini tomates bio et du lĂ©gume grimpant rouge appelĂ© okra, l’ail prospĂšre. L’origan du QuĂ©bec, les mini pensĂ©es comestibles, la ciboulette dite aillĂ©e ou Ă  feuille plate (ses petites fleurs blanches en satellite sont dĂ©licieuses pour parachever un sautĂ©, en salade, etc.), la ciboulette ordinaire ainsi que le raifort. RĂąpĂ©es, les racines de raifort accompagnent souvent les viandes rouges et ajoutent du piquant Ă  la salade de chou, alors que ses jeunes feuilles tendres coupĂ©es en julienne agrĂ©mentent bien les salades d’étĂ©.

DerriĂšre, il y a un grand buisson indisciplinĂ© qui est en fait de l’estragon bio.

Et au printemps, il y a de grands bulbes blancs ou bleus qui voguent au vent, ce sont des alliums Gladiator et Everest. 

À vous maintenant de trouver le thym ! Tous ces produits sont certifiĂ©s biologiques par Ecocert Canada. 

Point 6 - Le Jardin Rectangulaire Ă  Droite

Au fil du temps, Louise a travaillĂ© Ă  la propagation des lupins sauvages que vous voyez ici, en rĂ©coltant les cosses et en partageant les graines et les plantes avec d’autres qui les aiment aussi ! Le lupin figurait sur la liste des espĂšces en voie de disparition ici au QuĂ©bec. La verveine citronnĂ©e se sirote en tisane, sert Ă  faire un sirop pour agrĂ©menter les cocktails et nous en fournissons aussi à Hydromel Charlevoix, sur la rue Saint-Jean-Baptiste. L’hydromel est une boisson alcoolisĂ©e Ă  base de miel fermentĂ© et d’eau, avec ou sans herbes aromatiques.

Nous la retrouvons aussi dans les produits de la Famille Dufour.

PrĂšs des asperges avec leur canopĂ©e de frondes toutes fines, il y a des petits plants de faux-cari, du romarin bio, de la verveine citronnĂ©e bio, de l’origan bio et derriĂšre, de l’achillĂ©e rose ...

Ensuite, devant le gros rocher il y a un gros buisson de groseilles rouges Ă  grappes. TrĂšs productif en juillet et dĂ©but aoĂ»t, ses fruits d’un rouge vif sont transformĂ©s en compote avec une lĂ©gĂšre note lavande, une parmi bien d’autres productions Ă©phĂ©mĂšres saisonniĂšres de Louise.

Point 7 - Le SĂ©choir

Au cours de la 2e quinzaine de juillet, une grande partie de la lavande est rĂ©coltĂ©e Ă  la main, en bouquets, et suspendue sur des chaĂźnes verticales dans le sĂ©choir. La petite brise du Saint-Laurent favorise la circulation d’air nĂ©cessaire au sĂ©chage et, selon la mĂ©tĂ©o, la rĂ©colte peut prendre environ 4 Ă  5 jours pour sĂ©cher. Par la suite, elle est Ă  la fois manipulĂ©e, transformĂ©e et stockĂ©e selon les normes MAPAQ et Ecocert Canada.

Lorsque Parker a construit le sĂ©choir en 2016, son objectif Ă©tait de reproduire les lignes de l’ancien poulailler – nous pensons qu’il l’a bien rĂ©ussi ! L’intĂ©rieur est assez petit, surtout lorsqu’il est rempli de lavande.  

La lavande culinaire reprĂ©sente environ 75 % de la rĂ©colte annuelle, et le reste est destinĂ© aux sachets, au baume Ă  lĂšvre et aux mini oreillers. Avant la pandĂ©mie, le sĂ©choir servait aussi de boutique. Le bois de grange provient d’une ferme locale qui a Ă©tĂ© dĂ©bĂątie, les fenĂȘtres ont Ă©tĂ© rĂ©inventĂ©es Ă  partir de celles trouvĂ©es dans le grenier, l’armoire est un don des Petites franciscaines de Marie qui aiment autant la lavande que nous, et le luminaire est un ancien joug Ă  transporter des seaux montĂ© sur un manche Ă  balai et pour terminer 
une touche Ikea, les globes !

Point 8 - Distillatrice

À la fin de l’étĂ© 2019, Parker s’est aventurĂ© dans la distillation, devenue carrĂ©ment une nouvelle vocation : celle du joyeux scientifique ! Au moment de votre visite, vous pourriez le voir Ă  l’arriĂšre de la maison. C’est ici que nous produisons nos Hydrolats de lavande biologique AzulĂ©e et de thuya AzulĂ©e.

Merci !

Parker aimerait que vous sachiez que l’expĂ©rience en champ et tout ce qui plaĂźt Ă  votre sens de l'esthĂ©tique chez AzulĂ©e est le rĂ©sultat du travail de Louise, de ses jeux de couleur et de son pouce vert
 sans parler de ses talents culinaires !

Merci d'avoir visité notre ferme de lavande biologique ! Présentez-vous à l'avant de la cuisine d'été, à notre mini boutique, pour votre dégustation de produits et pour en savoir plus sur nos produits à base de lavande, camomille, verveine et plus encore.

Êtes-vous tout Ă  fait enchantĂ©.e par votre visite ?

Veuillez nous laisser un avis Google pour nous aider Ă  toucher plus de personnes Ă  travers le monde. Nous apprĂ©cions votre soutien ! 😊

encouragez notre entreprise ici